Inemuri – 居眠り 【いねむり】

Inemuri – un art de vivre ?

inemuri

Les Japonais sont adeptes de la sieste rapide – même sur le lieu de travail. Cette pratique est appelée Inemuri – littéralement « dormir sur place ». Sur le net, beaucoup de clichés font croire que c’est une généralité au Japon, mais cette sieste rapide est loin d’être universelle !

Dans les transports en commun, il est fréquent de voir les passagers dormir, et comme par magie, se réveiller d’un bon à l’arrivée dans leur station de destination. De même dans la rue, c’est une pratique courante que des employés pratiquent durant un moment d’attente. Par exemple un coursier, un chauffeur ou un livreur fera une sieste en attendant une nouvelle mission ou un nouveau client.

Dans certaines entreprises, il est bien vu de pratiquer l’Inemuri au vu de tous, ce qui explique que l’on se ressource car on se donne à fond dans le travail. Bien entendu, comme toujours au Japon, tout est question de contexte, et on appréciera le cadre qui se ressource mais on ne comprendra pas le jeune employé qui aurait déjà besoin de dormir alors qu’il est plein de jeunesse et d’énergie ! L’Inemuri est toléré et conseillé dans les bureaux, mais il faut savoir qu’en général le temps de présence est assez long en entreprise. Il est bien vu d’arriver en avance et de finir tard, et les heures supplémentaires ne sont pas comptabilisée. Nous y reviendrons dans un prochain article.

A l’opposé, certaines entreprises ont mis en place des règles pour permettre aux employés de prendre des pauses pendant la journée de travail afin d’améliorer la productivité, tandis que d’autres sont strictes et utilisent des moyens de haute technologie, tels que la surveillance vidéo, pour prendre sur e fait leurs employés qui peuvent être en train de dormir. Ceux-ci peuvent alors devoir faire face à des mesures disciplinaires telles que la suspension ou le licenciement. C’est surtout le cas lorsque des problèmes de sécurité sont en jeu. Donc tout est toujours fonction de contexte. C’est bien entendu le cas dans certaines professions, comme les pompiers, les pilotes, les chauffeurs de camions et d’autobus, ou ceux qui opèrent sur de la machinerie lourde. Une sieste au travail pourrait mettre des vies en danger.

Les postes d’accueil du public font aussi l’objet de restrictions, et l’employé n’a pas le droit de faire une sieste sur son lieu de travail même durant sa pause réglementaire, afin de ne pas nuire à l’image de la société et de rester disponible au public. Imaginez un employé de mairie qui ronflerait au moment où vous allez chercher un acte de naissance, ou une vendeuse qui se fait une sieste à l’abri dans son rayon…

Alors, vous seriez tentés par l’Inemuri ou non ?

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.