Dolls

doll1La culture japonaise ne se limite pas aux Samouraïs ou aux Geishas !  Je vais donc vous présenter, sur Japan Culture, quelques œuvres littéraires ou cinématographiques illustrant le Japon contemporain. Ce ne sont pas forcément des œuvres récentes mais elles sont emblématiques de la société japonaise actuelle.

Nous commençons aujourd’hui avec le film DOLLS, de Kitano Takeshi.

Dolls regroupe trois histoires d’amour qui se croisent sans se rejoindre. Le début est une scène de Bunraku qui introduit la longue marche d’un couple dans les couleurs de l’automne. Dans la première histoire, Matsumoto et Sawako forment un couple heureux, mais les pressions exercées par leurs deux familles vont les forcer à faire un choix tragique. Dans la deuxième, Hiro, un chef yakuza, retourne dans un parc où il avait l’habitude de voir sa petite amie, et la retrouve l’attendant 30 ans plus tard. Dans la troisième, un fan de chanteuse JPOP ne vit que pour son idole.

doll2Sans dévoiler les intrigues, nous pouvons voir à l’écran un autre style de film qui illustre l’expression et la tendresse de Kitano. Le rythme est parfois lent, la nature est omniprésente. Loin des Yakuzas de Sonatine ou Aniki, ce film, par l’image et l’esprit qui s’en dégage a pour volonté d’illustrer la fugacité du bonheur.  Kitano a pour cela puisé dans ses souvenirs. Le thème des mendiants errants vient d’un couple qui se promenait attachés l’un à l’autre par une corde que Kitano rencontrait lorsqu’l travaillait à Asakusa. De plus la grand-mère de Kitano était joueuse de shamisen et conteuse de Bunraku.

doll4Nous retrouvons beaucoup d’éléments qui sont habituels dans l’expression artistique japonaise. Kitano a filmé toutes les saisons sur une année et pour jouer sur les couleurs – mises aussi en évidence par les costumes de Yohji Yamamoto.

L’expression de la saison est un élément important dans la culture japonaise, ne serait-ce que dans les Haïkus ou elle doit être évoquée. Chaque histoire est dramatique et traitée de manière parfois extrémiste, comme dans la tradition du Kabuki.

doll3Le texte déclamé lors du spectacle de bunraku de la séquence d’ouverture de Dolls fait partie de Meido no Hikyaku – Le Courriers des enfers – l’un des textes les plus connus de Monzaemon Chikamatsu, auteur des 17ème et 18ème siècles. Il est considéré comme le « Shakespeare japonais » avec 110 pièces de bunraku et 30 pièces de kabuki à son actif.

Le jeu des acteurs est naturel, et donne à ce film une impression de plonger réellement dans le japon contemporain, mélange de tradition bien ancrée, de paysages magnifiques et de modernité quotidienne. Beaucoup de japonais de mon entourage ont ressenti, en le voyant, une très forte émotion.  C’est vraiment un film à voir et à conseiller.

2 thoughts on “Dolls

Comments are closed.