Azuki 小豆 【あずき】

azu1Le haricot azuki, ou haricot rouge du Japon est une espèce de plante annuelle  grimpante. Elle est largement cultivée en Asie orientale pour ses graines  comestibles. C’est l’une des espèces de haricots rouges les plus savoureuses et les plus consommées  tant en cuisine qu’en pâtisserie asiatique.

Les variétés les plus communes dans le Nord-est de l’Asie ont des graines uniformément rouges, mais il  en existe à graines blanches, noires, grises ou tachetées de diverses couleurs. Des études génétiques montrent que la première culture du haricot azuki a été faite dans l’Himalaya.  Il est cultivé en Chine et en Corée depuis l’an 1000 av. J. C.. Importé par la suite au Japon, il y  est actuellement la légumineuse la plus populaire après le soja.

Les haricots azuki sont presque toujours consommés sucrés, bouillis avec du sucre, et consommés tels  quels ou pétris pour donner une pâte plus ou moins consistante. C’est un ingrédient très couramment  utilisé en cuisine. La pâte d’azuki peut être consommée telle quelle, comme une pâte de fruit confits de grande finesse de  goût – le yokan – ou coupée utilisée pour fourrer de nombreux gâteaux japonais tels que dorayaki ou  taiyaki (gaufres), yaki daifuku (ma pâtisserie japonaise favorite, surtout quand les gâteaux sont fraîchement fabriqués, comme à Asakusa, dans l’allée du Temple) , manju (brioches fourrées cuites à la vapeur), mochi (gâteaux de riz  gluant), etc.

azu2Une version plus liquide, où les azuki sont bouillis avec du sucre, des graines de lotus et des zestes  d’orange, permet de préparer un plat sucré appelé « soupe d’azuki ».

Les haricots azuki sont aussi couramment consommés sous forme de graines germées, ou infusés dans  l’eau chaude.

 Au Japon, le riz cuit en mélange avec des haricots azuki est traditionnellement préparé pour les repas  de fêtes, le mariage de rouge et de blanc étant le symbole du pays (drapeau hi no maru)  mais aussi de l’opulence.