Le Japon à plus de 600 Km/h en train.

cropped-cropped-DSCF1391.jpgUn prototype du futur train japonais à sustentation électromagnétique a atteint mardi 21 avril 2015 les 603 kilomètres/heure. C’est un record mondial établi par la compagnie Central Japan Railways.

Le test, avec des personnes à bord, a eu lieu dans la matinée (heure du Japon). « Cette allure de 603 km/h a été maintenue pendant 10,8 secondes » lors de la traversée d’un tunnel, a indiqué un porte-parole de la compagnie selon qui c’est « une première mondiale ». Le système doit entrer en exploitation en 2027 entre Tokyo et Nagoya

Cette expérience a été faite sur une ligne spéciale de 42,8 kilomètres à Yamanashi (centre du Japon), où est est développé depuis des années ce train « maglev » (magnetic levitation). Il avait récemment établi le précédent record, à 590 km/h, pulvérisé ce mardi 21 avril 2015 avec une vitesse qui équivaut à plus de 10 km par minute ou 170 mètres par seconde. Il s’agissait de tester la stabilité du train, même à une vitesse excédant largement celle qui sera la sienne en service commercial.

Central JR est en train de construire une nouvelle ligne dédiée à ce « linear Shinkansen » qui doit entrer en exploitation en 2027 entre Tokyo (est) et Nagoya (centre). Il devrait alors circuler à 500 km/heure pour couvrir la distance de 286 kilomètres en 40 minutes.

COÛT. Rames, ligne et tests compris, Central Japan Railway prévoit d’investir elle-même l’intégralité de la somme requise, soit 5.523,6 milliards de yens (42,5 milliards d’euros), pour le premier tronçon entre la gare de Shinagawa (Tokyo) et la Toyota City, la cité industrielle du géant de l’automobile Toyota.

La ligne, appelée « Linear chuo Shinkansen », sera par la suite prolongée de 153 kilomètres jusqu’à Osaka. Elle mettra ainsi cette mégapole de l’ouest à 1 heure et 7 minutes de la capitale en 2045, au lieu de plus de deux heures avec l’actuel train à grande vitesse Tokaïdo Shinkansen qui emprunte un trajet plus au sud, passant entre la mer et le Mont Fuji. Le coût total de l’ensemble du projet est évalué à un peu plus de 9.000 milliards de yens (près de 70 milliards d’euros).

source : sciences et vie